Voyage

L’hospitalité incroyable en Uruguay

Punta del Este, le St-Tropez de l’Uruguay

Après ces deux jours fantastiques dans la campagne, nous reprenons la route vers la grande ville, Punta del Este. En chemin on passe par le pont de la Laguna Garzon, un pont rond étonnant. J’en profite pour ressortir le drone !

Arrivés à Punta del Este, ça nous fait tout drôle de voir une si grande ville en Uruguay. C’est une grande station balnéaire, prisée de la jet set argentine, et même internationale puisque Shakira y a une villa ! Bon on a bien cherché, pas de Shakira en vue… Dommage, Adeline aurait bien voulu chanter un petit « Whenever Wherever » pour se rappeler les bon souvenirs de son adolescence. En arrivant dans la ville, nous passons sur un autre pont à l’architecture curieuse, en forme de montagne russe. C’est amusant certes, mais un peu dangereux puisque les automobilistes s’accordent tous à mettre le pied au plancher à l’approche du pont… Nous passons la nuit juste à côté, entourés de pêcheurs. Nous visitons ensuite la ville sans s’y baigner, il ne faisait qu’un petit 25, trop peu pour nous 🙂 ! On s’en tient à visiter les points d’intérêts de la ville : la main qui sort du sable, le phare et une jolie église. Les villas sont énormes et différents styles architecturaux se côtoient sans mal.

On a fait les brocanteurs !

Nous décidons de quitter la ville pour se trouver un petit parc un peu plus calme avec accès à une rivière, toilettes, barbecue… Bref le pied ! Sauf que le parc est réputé pour être dangereux à la tombée de la nuit. C’est un promeneur qui nous met en garde. Il appelle donc un ami qui vit dans le coin et qui veut bien nous héberger dans son jardin, BINGO ! Nous arrivons donc chez Javier et Alejandra, qui nous accueille à bras ouverts et partagent avec nous leur diner. Ils sont adorables et vivent dans une toute petite maison avec leur fille, leur chat et leur 3 chiens ! Javier a lui aussi un combi et soude une extension de toit pour tenir debout dedans. On se dit qu’avec un bricolo pareil, ça serait cool d’en profiter et de faire quelques petits travaux. Javier stop ses travaux sur son van pour nous souder une échelle pour accéder à notre galerie de toit !! Quant à nous, nous achetons de quoi refaire un peu l’isolation thermique du van. Pour les remercier de leur aide et de leur hospitalité, nous partons les aider à installer la brocante le weekend. Réveil à 6h, ça pique ! On a un peu de peine en constatant que tous ces efforts leur ont rapporté une misère, mais ils font partis de ces gens qui gardent le sourire en toute circonstance. L’après-midi, nous allons nous prélasser à la plage. 4 jours plus tard, nous repartons finalement pour une autre station balnéaire : Piriapolis.

Piriapolis, petite sœur de Punta Del Este

On est venu faire du repérage pour quand le frère d’Adeline et sa famille viendront nous rejoindre. La grande ville n’a pas grand intérêt et surtout il fait beaucoup trop chaud pour visiter quoique ce soit ! Le soir venu, on va dans un salon de thé super beau qu’on avait repéré. En allant aux toilettes, Adeline remarque qu’il y a une douche, elle demande à la gérante si on peut l’utiliser, celle-ci nous propose d’aller directement se doucher chez elle pour être plus à l’aise !! Le soir nous visitons un petit marché artisanal ou nous faisons la rencontre d’autres voyageurs en combi à qui on achète une petite guirlande pour décorer le van.
Le lendemain matin, on se lève tôt, départ pour une randonnée et visite d’une réserve d’animaux à Cero Pan de Acucar. Seulement petit problème : la montagne est en feu; un incendie ravage le parc ! On vous a dit qu’il faisait chaud ! Qu’à cela ne tienne, nous allons gravir un des plus hauts sommets de l’Uruguay : Cero de las animais. Mais on a beau chercher et se perdre, on ne le trouve pas ! Au milieu de nul part, une dame sort de sa ferme et nous indique qu’on a fait ses 20 km sur route non goudronnée pour rien car il faut faire demi tour pour s’y rendre et passer par le Pan de Acucar… Oui mais c’est fermé ! De toute façon il est déjà midi et il fait plus de 40° donc on ne va pas escalader cette montagne aujourd’hui (En fait, on a su que plus tard qu’on aurait pu y aller, car Pan de Acucar, c’est à la fois la montagne et le nom d’un village quelques kilomètres plus loin…pratique). La dame nous propose aussi de venir chez elle ce soir si on veut. Ça ne tombe pas dans l’oreille de sourds… En attendant on part à la plage, il n’y a que ça à faire par ce temps ! Mais même à la plage il fait trop chaud et l’eau est envahie de méduses… Ça sera donc sieste sous les pins le temps que le thermomètre redescende. Nous partons ensuite visiter un château. Loin d’être une relique médiévale, il a été construit par un architecte un peu fou, passionné par l’alchimie. On va pas se mentir, l’exposition est assez médiocre pour ne pas dire ÉCLATÉE, mais le personnel est très sympa, il fait frais et ça, ça vaut bien quelques pesos ! 16h, parfait, pile l’heure à laquelle on avait prévu de partir pour squatter chez nos nouveaux amis. Nous reprenons ce long chemin chaotique et arrivons dans la ferme de la femme rencontrée plus tôt. Nous ouvrons le grand portail et traversons le champs de bétail, on est déjà chez nous. Arrivés devant la maison, il n’y a personne… Un homme arrive quelques minutes plus tard dans son 4×4, on espère qu’il va pas se pointer avec un fusil en nous disant de dégager de sa propriété. Bien au contraire, il descend tout sourire et nous fait la bise ! Lui c’est Fédérico et sa femme s’appelle Fio. Ils ont deux enfants, Delphina et Emiliano avec qui ils reviennent d’une aventure de plus d’un an en camping car en Amérique du Nord. D’où l’entraide entre gens du voyage :). On profite tous ensemble de la piscine !! Une piscine au milieu d’un corps de ferme, au milieu d’un champs de vaches, moutons et chevaux, au milieux des sommets de l’Uruguay, bref le pied. Les serviteurs viennent nous apporter des cocktails et entreprennent de masser Adeline avant de regagner notre suite. Non, on n’est pas comme ça, on partage une petite bouteille de vin autour de l’apéro. Le lendemain, c’est piscine et nous assistons aux ferrages de chevaux. C’est vraiment compliqué comme boulot, le cheval ne se laisse pas faire malgré la carrure de rugbyman du maréchal ferrant ! A midi, c’est le repas d’anniversaire de Fédérico et nous déjeunons avec sa famille avant de reprendre la route pour la capitale Montevideo.

Montevideo, capitale calme et tranquille

A l’image du pays, Montevideo reste une ville où il fait bon vivre. C’est assez propre, il n’y a pas de bouchons, de klaxons, de galères pour stationner… Bref c’est à la cool. Et il faut savoir que Montevideo concentre la moitié de la population uruguayenne. Nous arrivons chez des amis, rencontrés au Brésil à Florianopolis. Nous les avions pris en stop et cette fois c’est à leur tour de nous tendre la main en nous hébergeant chez eux. Leticia et Denis vivent dans un appart, avec vue sur la mer, encore une fois on est royal au bar ! Le soir, nous allons tous ensemble assister au carnaval uruguayen dans un tablado. Un tablado c’est une scène de spectacle à ciel ouvert où se joue des concerts chaque soir, pendant 40 jours. Ce qui en fait le carnaval le plus long du monde. Leticia est assez engagée politiquement et nous fait découvrir son coup de cœur du carnaval : un groupe de musique, qui au travers d’une comédie musicale, critique les travers de la société uruguayenne.

Le lendemain nous partons visiter le centre historique de Montevideo. Une journée suffit pour le visiter car il n’est pas bien grand mais ce sont des petites ruelles propres, ornées de jolies boutiques et restaurants. Le midi, on se dirige vers le marché du port pour manger, mais c’est un lieu très touristique, qui n’a de marché que son histoire et aujourd’hui c’est un enchevêtrement de restaurants qui servent plus ou moins la même chose : du bœuf au barbecue. On se rabat sur un autre restau bien plus tranquille, niché au cœur d’un marché bio et local : le Camino Verde. Les gros bobos que nous sommes sont ravis de cette découverte :). Le soir nous dormons dans le van car nos amis sont de sortis et nous sommes crevés. Et comme on vous l’a dit, les rues sont tranquilles, on pourrait même sortir la table que ça ne choquerait personne puisqu’ils font tous ça ici. En effet, il n’est pas rare de voir le barbecue sorti à la tomber de la nuit et les habitants diner sur le trottoir !

Surprise à Colonia del Sacramento

Colonia del Sacramento c’est une toute petite ville inscrite au patrimoine mondiale de l’UNESCO. C’est aujourd’hui que Mathieu, le frère d’Adeline vient nous rendre visite avec sa famille. Ils arrivent de Buenos Aires, qui assure une liaison avec Colonia via un ferry. Dans le hall d’arrivée, nous apercevons son frère, sa femme et ses 2 enfants… Mais aussi les parents d’Adeline ! SURPRISE !!! C’est donc parti pour quelques jours de détentes et de vacances en Uruguay.

Nous commençons par visiter le centre historique de Colonia del Sacramento. C’est tout petit, et je pense qu’en une demi-journée, vous avez fait le tour, en trainant des pieds ! Mais nous profitons de ces retrouvailles et prenons notre temps à flâner dans les ruelles de la ville. A la nuit tombée, nous dégustons le comté importé de France (le munster sera resté à la douane à Orly !!!!!) mais nous ne savons toujours pas où nous allons passer ces quelques jours en Uruguay. Le blog n’a jamais aussi bien porté son nom ! Nous décidons de ne pas louer de voiture et d’aller tous ensemble à 1h de Colonia, à Carmelo.

Journées de repos à Carmelo !

Carmelo c’est une petite ville connue pour sa production de vin mais pas que… Ah bah si en fait. En tout cas, c’est tranquille. Oui j’utilise ce mot environ 15 fois dans cet article ! On charge le combi et tout le monde embarque : 8 passagers avec les valises ! Après avoir mangé dans un restaurant au bord de la plage, nous partons à la recherche d’une location. Nous n’avons pas trop le choix mais nous trouvons notre bonheur : une petite maison qui peut tous nous héberger, avec barbecue et terrasse, à côté de la plage. Au programme de ces quelques jours c’est repos, petits moments uniques en famille, visite d’un vignoble (qui vend son vin dans des briques et des bouteilles en plastiques) et baignade.

Nous retournons ensuite vers Colonia pour une dernière nuit en Uruguay. Demain, Yvaou prendra le bateau pour la première fois et ira en Argentine avec nous. Enfin, c’est sans compter sur une nouvelle galère…

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *