Non classé

Ho Chi Minh Ville

ocmc

De retour dans une grande ville, les scooters, beaucoup de monde, la pollution, les odeurs… Cela nous rappelle Hanoi, dans une ville plus développée mais plus peuplée aussi ! Ici les scooters roulent sur les trottoirs et il ne faut vraiment pas hésiter pour traverser.

On commence par se diriger vers le quartier des backpackers pour trouver une chambre pas trop chère. En marchant dans cette ville on se rend compte qu’il y a plus de personnes handicapées dans les rues que dans d’autres villes du Vietnam. On ne tilt pas vraiment… On se dirige vers une maison qui nous a été conseillée par des voisins de rue, en rentrant dans le salon on rencontre la propriétaire, une petite dame adorable puis son fils, lui aussi très handicapé allongé sur le sol.

Triste première impression pour cette ville…

On se rebooste après avoir déposer nos gros sacs puis on marche en direction de la poste. Et oui, à force d’acheter des chaussures, veste, sac et compagnie ça devient compliqué de tout trimbaler ! On envoie donc notre premier colis direction la France. La poste a conservé son charme de l’époque coloniale et est un monument à part entière.

dav

Nous allons ensuite visiter le musée de la guerre, on est prévenu, le musée est assez choquant et ce n’est rien de le dire… On a passé 3h00 à en apprendre davantage sur cette affreuse guerre du Vietnam. Sur la cruauté des américains à tout massacrer sur leur passage à l’aide d’énormes chars, sur les conditions de détensions des Vietnamiens enfermés à 5 dans des cages à peine plus grosses qu’un cercueil, sur les différentes tortures utilisées contre les Vietnamiens…

Mais aussi et surtout sur « l’agent orange ». Ce fameux produit chimique qui a été aspergé au dessus des forets Vietnamiennes par les avions américains, durant la guerre, afin de tout détruire. (Forêt utilisée pour l’agriculture mais également pour le camouflage).

Avant d’évacuer le Vietnam, les américains ont vidé tout leur baril d’agent orange, ils sont allés jusqu’à verser 4 fois de suite le produit sur certaine parcelle. Ce produit toxique à fait beaucoup de dégâts sur les soldats mais aussi les civils. Et encore aujourd’hui, les générations qui ont suivi en on fait les frais : malformations, handicape, cancer de la peau et j’en passe…

On comprend alors pourquoi on a croisé la route de pas mal de personnes handicapées ici, on voit également une photo de notre gentille hôtesse et de son fils handicapé accrochée sur les murs du musée. Dur dur… On ressort de ces 3h de visite émus…

Le soir dans le quartier animé, la prostitution est assez visible dans les centres de « massages », mais également la drogue qui est proposée aux touristes.

Le lendemain, direction les tunnels de Cu Chi, on reste dans le même thème. On décide de s’y rendre en bus local, marre de payer des bus « touristiques » trop chers alors que la ville de Saigon est vraiment bien desservie ! Au final on prend 3 bus différents pour arriver à bon port, les locaux avaient l’air assez surpris de nous voir dans leur bus ! On aura mis un peu plus de 2h pour l’allé mais à 1,50€ pour deux ça vaut le coup ! Arrivés sur place on voit beaucoup de groupes de touristes avec leur guide, sauf que nous du coup on est tout seuls… !! On fait la visite en écoutant quelques explications par ci par là grâce aux guides des autres groupes ! Au final on apprend tout de même beaucoup de choses. Les tunnels creusés par les Vietnamiens pendant la guerre pour se cacher, des tunnels qui se trouvent jusqu’à 7 mètres de profondeur et ou ils cuisinent, mangent, dorment… C’est impressionnant !

img_0012

On peut voir l’ingéniosité des Vietnamiens face à un ennemi bien mieux armé que lui.

Les trappes d’entrées étaient très étroites et bien dissimulées sous des feuillages. Ainsi les américains peinaient à les localiser et encore plus à y pénétrer. Les sous-sols étaient creusés par groupe de 3 et la terre extraite rejetée dans les cours d’eau ou les rizières.

Certains endroits dans ces tunnels étaient piégés au cas ou des ennemis oseraient s’y aventurer.

IMG_0023.jpg

Parmi les systèmes ingénieux, on peut citer le système d’évacuation de la fumée des cuisines, dispersée loin du four en plusieurs petites ouvertures à ras du sol pour éviter que la fumée ne monte et trahisse les cachettes des résistants.

Il y a aussi des sorties par les cours d’eaux, pour pouvoir évacuer les tunnels sans être repéré.

Mais l’astuce qui nous a le plus étonnée, c’est l’utilisation de leurs sandales. Ils inversaient la lanière avant et arrière pour ainsi avoir l’avant de la chaussure à l’arrière et induire les ennemis en erreur sur la direction emprunter laissée par la trace de leurs semelles.

Après cette visite qui nous a permis un peu plus de se projeter dans l’horreur de cette guerre, nous rentrons à Ho Chi Minh City et nous poursuivons notre voyage vers Can Tho.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *