Voyage

Direction Ushuaia, fin del mundo !

La ruta 3

La route vers Ushuaia sera longue, il nous reste encore 1700 km à avaler…

On prend la « ruta 3 », c’est une grande route interminable, toute droite, plantée au milieu de nul part ! Le temps semble long et on roule toute la journée avec parfois beaucoup de vent.

On fait quelques pauses mais visiblement pas assez pour Yvaou qui nous fait des caprices. On apprendra sur une aire de route, par un autre couple en kombi, qu’il faut rouler tranquillement et respecter le rythme du kombi… Ah bon ? Nous voilà reparti avec eux, à 70km/h maximum, en faisant des pauses toutes les 2/3h, c’est un nouveau rythme de croisière mais on s’y tient et effectivement, Yvaou à l’air d’apprécier sans broncher.

Le soir venu on se retrouve dans une petite ville pour dormir le long de la mer, Puerto San Julian. Nous nous trouvons un resto/bar très sympa, visiblement un ancien édifice administratif, pour passer la soirée et reprendre des forces pour la journée de route qui nous attend demain.

Oui, on décide de pas trop trainer sur cette looooonnnnggguuuue Route 3 pour arriver à Ushuaia rapidement. Début mars est la bonne période pour y aller, la météo est encore clémente (et les vacances d’été sont terminées) mais si on tarde trop nous ne sommes pas à l’abris de choper des engelures aux bouts des doigts de pieds…

Plus loin on fera un autre stop pour passer la nuit à la « Laguna Azul ». Notre arrivée se fait de nuit, on laissera le paysage nous surprendre le lendemain matin au lever du soleil. Un ancien volcan qui laisse derrière lui une cavité surprenante avec une petite lagune.

On sent que la nuit a été bien plus fraiche que les précédentes, on est plus qu’a 538km d’Ushuaia, ça caille ! On a rangé les shorts et les débardeurs et sorti les doudounes.

La Terre de Feu, nous voilà !

Après un petit tour de lagune pour se dégourdir les jambes et se réchauffer on reprend la route pour passer la frontière Argentine – Chili. Oui parce que si on veut descendre en terre de feu Argentine, il faut passer par le Chili… Frontières passées avec succès, on voit déjà que les douaniers sont tous masqués et gantés… Les affiches du coronavirus trônent partout…

Après une traversée en ferry (sur le fameux détroit de Magellan) et encore quelques heures de route sous une météo digne d’une fin du monde (plutôt approprié ici) nous arrivons enfin dans la ville d’Ushuaia.

La ville n’est pas spécialement jolie, c’est une grosse ville avec beaucoup de magasins pour les randonneurs, on trouve beaucoup de marques avec des supers réductions, bizarrement les prix sont toujours plus chers qu’en France même avec la réduc de 60% !

Ushuaia, le bout du monde…

On dit d’Ushuaia que c’est la ville la plus australe au monde, ça fait rêver… On aurait beaucoup aimé mettre un pied en antarctique, nous n’étions plus très loin… Mais à 6000$ la croisière d’une semaine on se dit que c’est tout aussi bien de laisser certains endroits loin du tourisme… (On aurait pu faire une cagnotte Leetchi aussi…)

On est surtout ici pour visiter le parc national « Tierra del Fuego ». Pas de temps à perdre, nous nous y rendons dès le lendemain.

Randonnées en veux-tu en voilà !

3 jours 2 nuits dans ce parc, on en prend plein les yeux, (plein les jambes aussi) à base de 25km de marche dès la première journée, ça pique, on en avait marre de nos journées assis dans le van à rouler !

On passera notre première soirée dans un camping (comprenez ici : un terrain à peu près plat) avec un couple de belges en 4X4 aménagé. A partager des bières et des bonnes adresses, eux viennent du Chili et nous d’Argentine alors tout est bon a prendre.

Le lendemain, avec nos cuisses bien en feu, on décide de monter sur le plus haut sommet du parc, le Cerro Guanaco. Sur le chemin, on croise la route d’un second couple belge, décidément… 🙂 Camille et Nathan, ils ont aussi décidé de grimper le Cerro Guanaco aujourd’hui, nous partagerons donc l’ascension tous les 4. Et quelle ascension ! 5h de grimpette dans la boue, les cailloux et la tourbière ! On se marre bien, on profite du panorama de dingo au sommet (900m) pour pique-niquer, ok il fait super froid donc on ne s’attarde pas trop…

On passera la soirée puis les deux jours suivant avec Camille et Nathan.

Les garçons ultra chauds se remettent en route pour grimper le glacier Martial dès le lendemain, avec Camille on préfère se poser au soleil et boire une bière en les attendant ! Bah quoi ?

3 jours de marche (Ou deux pour les plus feignantes) ça ne suffit pas, on s’en refait un petit dernier avant de quitter la terre de feu. Direction la Laguna Esmeralda. On se rend compte qu’on n’est pas les seuls à avoir cette idée puisque le chemin menant à la lagune est rempli de monde… Oui, le parc où on a passé trois jours vient de fermer ses portes pour cause de COVID19… Le glacier Martial également, tout ferme derrière nous… VIIIIIIITTTTEEEE !

On décide tous les 4 de prendre nos affaires pour bivouaquer à la lagune Esmeralda. Sacs bien remplis nous voilà en marche pour découvrir cette lagune. Et elle se mérite, le chemin est encore une fois bien boueux. Et bien boueux est un doux euphémisme…

Arrivés sur place on profite de ce beau spectacle puis on se pose pour manger un morceau. Il doit être 14h… Et il fait froid ! Mais qu’est ce qu’on va faire pendant tout ce temps en attendant de dormir dans nos tentes ce soir ?

Finalement, c’est les lèvres bleues et les dents claquantes qu’on décide de rentrer plus tôt que prévu et de profiter de la fin de journée pour faire quelques kilomètres et avancer vers la frontière pour se rendre côté Chili…

Départ vers les terres chiliennes.

Le jour de la traversée des frontières est arrivé ! Toujours avec les belges, qui eux sont en voyage en Amérique du Sud depuis 7 jours on décide de passer séparément à la frontière. Charly et moi d’abord puis Camille et Nathan ensuite. Nos nouveaux amis ne pourront malheureusement pas quitter le territoire Argentin, en effet, ils sont là depuis trop peu de jours et ils doivent effectuer une quarantaine (de 14 jours) avant de passer la frontière… Sacré COVID19…

On se quitte finalement ici et on leur souhaite plein de courage et de bonnes choses pour la suite ! Qui sait, on se reverra surement côté chilien d’ici quelques jours…

Pour notre part, on file avec Yvaou reprendre le ferry et se trouver un endroit pour passer notre première nuit au Chili. Le ferry tangue dans tous les sens, on n’est pas sûr d’arriver à bon port et nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *