Voyage

De Encarnacion à Ciudad del Este : la fin du Paraguay

Direction Encarnacion

On quitte Asuncion pour se rendre dans le sud du pays, direction Encarnacion. 5h de bus plus tard, un magnifique coucher de soleil nous accueille. La ville a l’air beaucoup plus agréable que la précédente, c’est déjà beaucoup plus propre et il y a une jolie plage qui borde le Rio Parana, fleuve qui fait office de frontière entre le Paraguay et l’Argentine.

18h, tout le monde dehors !

Il fait tellement chaud en journée, que ce n’est qu’en fin d’après midi que les gens commencent a sortir le bout de leur nez. On s’arrête quelques minutes pour assister à un match de beach volley, la température et la vue sont plutôt agréables. Un terrain pour les seniors (qui sont encore très sportifs et jouent admirablement bien) et un autre pour les enfants !

Plus tard on rentre chez notre couchsurfer Diego, son appartement est à 20 minutes à pied et il nous a même laissé sa chambre, grand seigneur ! On est vraiment bien reçus ici 🙂

Visite des ruines jésuites

Le lendemain, on prend un bus (beaucoup trop lent) pour se rendre dans les ruines des missions jésuites à une quarantaine de kilomètres de la ville. Ce sont des villages religieux qui ont été construits par les Jésuites avec l’aide des Guaranis (les indiens locaux). Plutôt que les asservir et les réduire en esclavage comme dans d’autres pays, les colons jésuites ont, plus ou moins, essayer de les convertir à leur culte et culture. Ainsi ils vivaient ensemble, et travaillaient dans l’édification d’un bâtiment religieux et parallèlement les guaranis apprenaient la religion, le latin, les arts… On commence par visiter la mission Trinidade puis on doit prendre un taxi pour visiter la mission Jésus. Il fait encore une fois tellement chaud, il n’y a pas grand monde et les ruines sont assez bien conservées. Le site est d’ailleurs classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Une fois ces deux missions visitées on se dit qu’on en a marre de prendre des taxis ou des bus ! On décide donc de tendre notre pouce pour notre prochaine destination…

BINGO ! Une paraguayenne nous charge dans sa voiture, nous voilà partis pour Bella Vista, à vingt kilomètres des ruines. On part visiter Pajarito, une usine de yerba maté. Le yerba maté, c’est le thé qui fait fureur ici au Paraguay mais aussi dans les états limitrophes du Brésil et de l’Argentine. Une petite heure de visite gratuite en passant dans l’usine pour apercevoir les salariés mettre en carton les herbes maté dans un entrepôt ou il fait une chaleur folle avec seulement quelques ventilateurs allumés… Suivi d’une vidéo explicative sur tout le processus de production, (de la culture à la vente) puis d’une petite dégustation de maté. On essaye ensuite de se faire expliquer la différence entre les types d’herbes. On a du mal a comprendre, une est pour le maté, l’autre pour le téréré, et la troisième… aussi pour le maté mais avec un gout différent. Après plusieurs minutes d’explications en espagnol, la guide voit qu’on a du mal a capter et nous offre des échantillons pour qu’on puisse tester à la maison.

En sortant de cette visite on se fait de nouveau prendre en stop pour rejoindre Encarnacion.

Le diner en famille !

Le soir venu Diego nous invite dans sa maison de famille. On y est invités pour partager un super moment (et un super diner) avec une partie de sa famille. On échange beaucoup avec son oncle qui est très intéressant, pendant que Diego cuisine et que les tantes sont devant la télé en train de regarder leur telenovela préférée.

La telenovela c’est sacré en Amérique latine ! Argent, mensonges, amour et trahisons… résument assez bien ces feuilletons populaires ! Un genre de « Plus belle la vie » si vous préférez !

Quand l’heure de se mettre à table arrive, on meurt de faim. Je mets un coup de coude à Charly pour ne pas qu’il dévore son assiette avant que tout le monde soit installé ! Je fais bien, la tante de Diego nous demande si ça ne nous dérange pas qu’elle fasse une prière avant de manger.

Une journée pluvieuse et très productive…

Le lendemain la chaleur extrême laisse place aux orages, à peine le temps de se balader dans la ville qu’on se prend une pluie de folie sur la tête. On laisse passer la pluie et on visite le marché couvert. Seulement la pluie ne passe pas du tout, on peut même dire qu’elle s’intensifie. On rentrera complétement trempés chez Diego.

Un concert devait être organisé le soir même, seulement avec cette pluie il a été reporté au lendemain. Et nous, demain, on s’en va vers de nouvelles aventures…

Direction Ciudad del Este

Le bus qui nous emmène à Ciudad del Este vaut vraiment le détour, il est tellement, tellement lent qu’on se demande si on va finir par arriver.

Une chipa et Jésus en fond pour nous accompagner pendant le trajet…

C’est après 6h30 de bus (pour 280km quand même !!) qu’on arrive à destination. Ici, on n’a pas trouvé de couchsurfing, on prend la première auberge venue. On se retrouve en dortoir avec un mec qui passera sa nuit dans les toilettes… Sympa le colloc malade !

Après cette merveilleuse nuit agitée on part pour visiter le barrage d’Itaipu, le deuxième plus gros barrage du monde après la Chine. C’est en revanche celui qui produit le plus d’énergie au monde. C’est carrément impressionnant, on se sent tout petit face à lui… Notre visite dure une bonne heure, on est seul avec un guide dans un bus de 50 places vides ! Ce barrage produit l’électricité de tout le Paraguay et de 15% du Brésil, tout de même.

Petit conseil pour la visite de ce barrage : L’entrée du côté brésilien est payante alors que l’entrée du côté paraguayen est gratuite.

En sortant de la visite, notre pouce nous fait rencontrer un couple paraguayen d’une quarantaine d’années. Ils nous emmèneront jusqu’aux cascades « Salto del Monday ». Ce couple restera même avec nous pendant la visite pour nous ramener jusqu’à Cuidad del Este en voiture… Ils sont vraiment adorables 🙂

Pas de visite de Ciudad del Este qui n’est qu’une succession de centres commerciaux. On quitte donc le pays pour traverser la frontière à pied par le pont de l’amitié. De retour au Brésil pour notre plus grand bonheur !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *