Voyage

Brasilia, Pantanal et Bonito, de la mégapole à la nature reculée

Direction Brasilia, la capitale futuriste

Après 3 heures de covoiturage on arrive dans l’immense capitale : Brasilia ! On ne voulait pas nécessairement visiter cette ville, mais c’est sur la route du Pantanal et ça nous fera une petite pause… Guilherme, notre couchsurfeur nous a laissé son appartement ouvert pour qu’on puisse déposer nos affaires et faire comme chez nous. Ça change de notre dernière destination, son appart est petit mais tellement propre, ça fait du bien ! On en profite pour se cuisiner un bon petit plat élaboré (des pattes et de la sauce toute faite en sachet) et se poser un peu.

Dans l’après midi on se dit qu’il faudrait quand même visiter cette grande ville et ne pas rester les fesses sur le canap’ toute la journée… Quoi que cette option aurait pu être plus intéressante.
Aujourd’hui c’est le premier jour de trois jours de rassemblement politique, le sommet économique du BRICS (Bésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud). La plupart de la ville est verrouillée, les hélicos et les patrouilles surveillent Brasilia, les monuments que l’ont aurait pu visiter sont fermés. On se décide quand même à aller à l’opposer de la ville direction la cathédrale, 10km de marche en tong par 35 degrés pour finalement trouver porte close et des militaires qui nous font signe de décamper ! Je vous avais dis que le canap’ était une meilleure option !

On rentre chez Guilherme pour le diner, notre hôte n’est pas encore rentré, il a un pot avec ses collègues de travail de l’ambassade. C’est à 22h qu’on le voit enfin, il parle super bien le français et ses premiers mots pour nous seront « coucou, je suis un peu bourré » ! Autant vous dire qu’on a passé une super soirée avec lui à papoter et à boire du vin rouge.
Le lendemain, on passe une journée canapé cette fois puis on prend un bus direction le Pantanal, Guilherme nous prévient « il fait super chaud là bas, bon courage ! »

Guilherme nous dépose à la station de bus.

3 jours et 2 nuits dans le Pantanal

Le thermostat du 4×4 qui nous dépose à destination annonce 39 degrés… Guilherme avait raison !
Le Pantanal c’est un endroit gigantesque, une écorégion, un marais par temps de pluie, qui s’étend sur le Brésil, la Bolivie et le Paraguay. C’est la plus grande zone humide de la planète, rien que ça ! Sauf qu’au mois de novembre, la saison des pluies devrait déjà commencer mais il n’en est rien. Il fait chaud, très chaud, trop chaud ! Ici on nous explique qu’un incendie de la taille de la ville de Rio vient de ravager une partie du Pantanal il y a deux semaines. Ils ont l’habitude des incendies, mais celui ci était particulièrement important et a fait fuir (et tuer) pas mal d’animaux… Les moustiques sont en revanche toujours bien présents. On aura quand même la chance de voir des dizaines d’oiseaux différents, des tarentules, des caïmans (partout !!!) et des bibiches !

On loge au Santa Clara, on a payé 3 jours, 2 nuits pour 1600 réals, pour deux, pour dormir en hamac. Charly a carrément négocié tel un acheteur hors paire avec le gérant de l’hostel Campo Grande, ce qui nous a permis de gagner 200 réals (40 euros tout de même) !!
Finalement, une fois arrivés sur place on nous dirige vers des dortoirs, avec lits, soit disant qu’il y a un rassemblement de mecs en Jeep du côté des dortoirs hamac et que ça va faire du bruit. Ok, on prend, on est surclassé, ça nous va !
Nous ne nous attendions pas du tout à ça, ici il y a un bar et une petite piscine, avec une eau à 40 degrés, on se croirait dans un bain. Enfin, un bain de 3x2m avec une concentration en chlore proche de 90%, à partager avec une dizaine de personnes, miam on adore ! Assez loin de l’image nature et sauvage qu’on s’était mise en tête avec Charly.

Ce qui est vraiment sympa c’est qu’il y a plein de perruches et de perroquets avec nous. Charly partagera même un petit déjeuner avec un nouveau copain.

Ici on rencontre une marocaine, deux allemands, un finlandais, un danois et beaucoup de brésiliens. Ca faisait longtemps qu’on avait pas croisé la route des européens 🙂

On passera nos trois jours a faire différentes activités pour repérer les animaux sauvages : balade de nuit en pickup, balade en barque la journée, balade à cheval (avec des casques de qualité), puis balade à pied dans la jungle des moustiques. On n’a jamais vu autant de moustique au m2. Mon répulsif marche ultra bien, ce n’est pas le cas pour les allemands devant moi qui se font ravager, Charly en prendra aussi pour son grade ! Bah quoi ?! J’allais quand même pas partager mon produit anti moustique.

Bonito e muito bonito

L’après-midi nous quittons le Pantanal, direction Bonito. On n’a pas réservé de transport direct pour faire Pantanal-Bonito. Les vrais baroudeurs que nous sommes devenus n’ont pas besoin d’agence pour se faire véhiculer. (Ok, on préférerait surtout payer moins cher et se débrouiller en bus.)
Ca valait vraiment le coup, on a attendu 3h en plein cagnard que le bus passe. Évidemment, il n’y a pas d’arrêt de bus, il faut faire des grands signes au chauffeur pour qu’il s’arrête. On est du coup pas très sur d’arrêter le bon bus… ! Et il n’y a qu’un bus dans l’après midi, si on le rate, on dort ici.

Bingo c’est le bon, on s’installe et on profite de la clim.
3h nous sépare de la ville de Bonito et de Diego.
Diego c’est notre prochain couchsurfeur, il nous attend avec un petit plat maison, on l’aime déjà !
C’est un brésilien adorable, il voyage beaucoup, il a un super appartement (on a même notre propre chambre c’est dire :)) Il a vraiment le cœur sur la main (comme beaucoup de brésiliens). On passera notre première soirée ici à échanger avec lui en portugnol (il ne parle pas anglais) et à boire du Téréré.

Le téréré

Le Téréré c’est tout un art (et il ne vaut mieux pas être nareux)

Le Téréré c’est une boisson qui vient du Paraguay, qui est consommé au Paraguay et dans le sud ouest du Brésil. C’est un maté froid qui se boit à la « paille » et qui se partage avec tout le monde. Ici, tous les Brésiliens se baladent avec leur thermos d’eau gelée et leur « gobelet » remplie de thé. Tout le monde te propose de partager ce thé gelé. Parfait par cette chaleur !

Diego nous apprend les 10 commandements du Téréré, à respecter pour boire le Téréré à la perfection :

  • Ne pas refuser de boire le Téréré
  • Ne pas être dégouté de boire à la paille après les autres
  • Finir son verre jusqu’au bout avant de resservir de l’eau glacé et le passer à la personne suivante
  • Ne surtout pas remuer la paille qui fait aussi office de filtre
  • Boire à la paille du bout des lèvres
  • Ne pas s’endormir sur le verre
    … Et on a oublié les 4 autres règles, c’est déjà pas mal non ?!

Visites des sites touristiques à Bonito

On comprend assez rapidement que les endroits à visiter sont tous à une trentaine de bornes et que ça fait beaucoup pour nos petites jambes. On décidera donc de louer notre première voiture, une petite Chevrolet blanche qui deviendra très rapidement couleur terre battue.

Diection Rio Sucurri, une rivière plus bleu que bleu et des gros poissons. Ici c’est snorkeling, masque et tuba pour les moins anglophones. Sauf que c’est pas vraiment ce a quoi on s’attendait… On est par groupe de 7 et avant de rentrer dans la rivière on fait un test dans la piscine. Un test ? Oui, j’ai l’impression que les brésiliens n’ont vraiment pas l’habitude de faire du snorkeling, c’est très drôle, notre guide nous apprend comment respirer dans un tuba. Le comble c’est qu’on a un gilet de sauvetage, super pratique pour plonger en profondeur. Trêve de plaisanterie, ce moment dans la rivière sera quand même bien appréciable et très reposant.

Le soir venu, c’est à nous de faire à manger à Diego, on lui prépare donc un crumble de potimarron et patate douce / parmesan. Un plat vraiment adapté à cette chaleur étouffante me direz vous.

Si vous avez d’autres idées de plats « français » a faire ici, on est preneur ! Je pense que la prochaine fois on se lancera sur une bonne ouiche lorraine.

Notre Chevrolet tout terrain nous emmènera le deuxième jour jusqu’à la gruta del poço azul puis jusqu’au bain municipal. Toujours aussi touristique mais vraiment magnifique. On fera la connaissance de plusieurs brésiliens, ici tout le monde nous parle c’est vraiment chouette, on se fait plein de copains d’un jour.

Après cette journée détente, Fernanda et Lukas (deux brésiliens rencontrés dans le bain municipal) nous invitent a venir boire une bière dans un bar de la ville. Ni une ni deux, on embarque Diego avec nous et part se rafraichir l’estomac.

Diego à gauche et nos amis de la journée dans le fond.

On apprend que Fernanda et Lukas partent faire du shopping au Paraguay le lendemain. (Les brésiliens vont tous à la frontière pour acheter électronique, vêtements, alcool et j’en passe. Au Paraguay, tout est détaxé). On en profite pour s’inviter dans leur voiture et faire la route avec eux, direction notre prochain pays.
La soirée se termine assez tard et on meurt de faim, Diego nous prépare des crêpes de tapioca au fromage fondu en arrivant chez lui. Un amour ! On aurait presque la larme à l’œil en lui disant au revoir le lendemain matin, il va beaucoup nous manquer.

Nous en train de dompter un jaguar.

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *